Jours de la semaine : une histoire de fous « pardi »!

jours de la semaine Capsule pédagogique de grammaire incluant une fiche pédagogique pour utilisation en classe avec les étudiantes et étudiants.Avez-vous déjà remarqué qu’en français les jours de la semaine se terminent par « di »? Mais aviez-vous seulement noté que le dernier, dimanche, lui, commence par « di »? Quoi de plus normal me direz-vous, dans une langue qui a pris pour habitude de présenter des tas d’exceptions comme les « confirmations de la règle »! Et pour une fois, le mystère de l’inversion du « di » n’est pas étymologique, mais plutôt historique. Attachez vos tuques, je vous emmène à travers le temps et l’espace pour résoudre un mystère vieux comme le monde…


Nous sommes en Mésopotamie au VIIᶿ siècle avant notre ère. Les astrologues se penchent un peu sur la question de la division du temps et décident de suivre les phases de la lune, au nombre de quatre : nouvelle lune, premier croissant, pleine lune, dernier croissant. Chaque phase dure 7 jours et 28 jours s’écoulent entre deux nouvelles lunes. Il n’en faut pas plus aux astrologues pour décréter la semaine de 7 jours et le mois de 28! Pour nommer tout ça, ils font avec ce qu’ils ont sous la main, ou plutôt sous les yeux, ils utilisent le nom des sept astres qu’ils connaissent : Saturne, Soleil, Lune, Mars, Mercure, Jupiter et Vénus. Pas fous, ces Mésopotamiens! Tellement brillants même, que cette invention traverse les siècles, passe par les Grecs, et se rend jusque chez les Romains, qui décident de coller dies signifiant « jour » en latin, au nom des astres. Ça donne dies Saturni, dies Solis, dies Lunae, dies Martis, dies Mercurii, etc., traduisibles en « le jour de la Lune » pour lundi, « le jour de Mars », pour mardi, et ainsi de suite. Toutes les langues romanes n’ont d’ailleurs pas conservé cette double forme : en espagnol lundi se dit tout simplement lunes.

C’est lors de la transmission du latin au français qu’a lieu l’inversion : le mot latin « jour » dies étant un petit mot très instable, il se retrouve après le nom de l’astre. Dies Lunae devient alors Lunis dies et des siècles d’évolution donneront lundi. Mais alors pourquoi dies Solis, le jour du Soleil, n’a pas donné quelque chose comme soldi, sur le même modèle que Sunday en anglais?

C’est l’introduction du christianisme qui va changer la destinée de «dimanche». Le jour du Soleil, qui était à la fin de la semaine chez les Romains, a été déplacé au début parce qu’il était le jour de la résurrection de Jésus-Christ.

L’Église décide aussi de renommer ce jour important : le « jour du Soleil » devient donc le « jour du Seigneur », dies dominicus, qui deviendra dimanche. L’Église renomme également tous les autres jours de la semaine en fonction de ce premier, ce qui n’a pas beaucoup marché en français, mais on retrouve cette numérotation en portugais, où lundi se dit feria secunda, littéralement « le deuxième jour de la semaine »! En français, dimanche a véritablement subi à la fois la loi du peuple et la loi divine!

En passant, si quelqu’un vous promet quelque chose pour la semaine des quatre jeudis, partez en courant parce que ça signifie jamais, ce qui est plutôt ironique pour une expression qui a compté successivement deux jeudis au XVᶿ siècle, trois au XVIᶿ siècle et enfin quatre au XIXᶿ siècle. Peut-être que le XXIᶿ siècle sera celui de la semaine des cinq jeudis!

Télécharger la fiche au format .PDF